Pr. Martin Pall : Impact massif annoncé des émissions 5G – 17 Déc. 2019

Article en anglais

Auteur
Martin L. PALL – Professeur Émérite
de
Biochimie et Sciences Médicales Fondamentales
Université d’État de Washington

Sensibilité extrême des canaux calciques (à ouverture électrique) aux ondes électromagnétiques de très basses fréquences, et aux émissions pulsées en particulier.

La molécule protéinique des VGCCs est structurée en quatre zones, dont chacune se compose d’une hélice de type Alpha, appelée hélice S4, contenant cinq charges positives. Ces quatre hélices Alpha à quadruple charge chacune, fonctionnent de concert et constituent le senseur voltaïque, la structure chargée de répondre aux changements électriques à travers la membrane plasmique et qui gère l’ouverture des canaux calciques.

Les observations ont montré que non seulement quatre (4) types distincts de VGCCS étaient concernés, mais que les VGCCS des canaux spécifiques au sodium, et au chlorure de potassium s’activaient de façon similaire lors d’exposition à des rayonnements de diverses fréquences de faible intensité, mettant ainsi en évidence l’effet direct des émissions CEM sur les senseurs voltaïques.

Dans les plantes, les CEM semblent agir via l’activation d’un autre type de canaux, appelés canaux TPC, également équipés de senseurs voltaïques.

La forme, l’emplacement du senseur voltaïque, ainsi que les lois respectives de Coulomb et d’Ohm, prédisent alors que la pression exercée par les CEM sur le senseur voltaïque sera excessivement importante, environ sept virgule deux (7,2) millions de fois plus forte que sur les unités simples de charges électriques contenues dans les parties aqueuses des cellules de notre corps.

C’est la raison pour laquelle le senseur voltaïque constitue la cible principale et directe des CEM. Les canaux de sodium, de chlorure de potassium à activation électrique ne semblent jouer qu’un rôle mineur dans la production d’effets en présence de CEM, de sorte qu’à première évaluation, la cause de ces effets est principalement attribuable à l’activation des VGCCs, et à l’augmentation du calcium intracellulaire [Ca2+] i qui en résulte.

Ce fait contredit l’affirmation des industriels selon laquelle les CEM ne produisent que des effets thermiques.

Le mécanisme des VGCCs est largement accepté par la communauté scientifique depuis, comme l’indiquent les deux-cent-quarante-sept références bibliographiques de ma première publication sur les CEM en 2013 (sur Google scholar) ainsi que les conclusions de cinquante-huit invités-experts sur le sujet.

Un grand nombre des conséquences physiopathologiques non thermiques des CEM s’expliquent par l’activation des VGCCs générée via deux voies d’action (représenté dans le schéma 1. ci-dessous) :
– La voie de signalisation du Calcium
– La voie de signalisation des péroxynitrite /radicaux libres / stress oxydatif/inflammation.

Ce schéma détaille neuf types d’effets non-thermiques produits par les fréquences micro-ondes millimétriques comme attesté dans neuf à trente-huit publications différentes :
Baisse de la fertilité masculine ; augmentation des troubles neurologiques et neuropsychiatriques ; trois types d’effets dans l’ADN cellulaire, des effets endocriniens, l’augmentation de l’apoptose (mort cellulaire programmée), des effets sur la régulation électrique cardiaque ; stress oxydatif / dommages causés par les radicaux libres ; ion calcium en excès ; cancer.

Schéma 1. Différentes voies d’action conséquentes à l’activation des VGCCs lors d’expositions aux fréquences électromagnétiques

Les « normes de sécurité » » de L’ICNIRP, de la Communauté Européenne, du Royaume Uni et celles d’autres pays se basent toutes sur des intensités moyennes générées dans un intervalle de six minutes, dont les valeurs limites sont fixées par le Taux d’Absorption Spécifique (DAS), une mesure calorimétrique d’échauffement des tissus. Les prédictions de ces « normes de sécurité » ont été testées lors de huit différents types d’études récurrentes, qui ont chacune systématiquement démontré que les « normes de sécurité » sont sous évaluées et totalement inadaptées. Les pulsations modulées, les pulsations nanosecondes, et les pulsations nanosecondes couplées à polarité identique, génèrent chacune une quantité d’effets que les « normes de sécurité » tiennent pour impossibles.

Ces effets pulsatifs sont d’une importance capitale dans la technologie 5G, car en effet la 5G a été conçue pour générer des pulsations très puissantes afin de pouvoir acheminer un volume de données colossal, la transmission d’un tel volume étant techniquement impossible sans la technologie des ondes pulsées.

Nous trouvons d’autres types de preuves attestant que les « normes de sécurité » ne peuvent pas en l’état prédire les effets biologiques réels : des études sur les inhibiteurs (bloqueurs) de canaux calciques ont démontré que les expositions aux CEM de faible intensité génèrent des effets principalement par l’activation des VGCCs plutôt que par la production de chaleur.

De nombreuses publications attestent des impacts sur la santé exposée ci-dessus, dont des résultats selon lesquels certaines fenêtres d’exposition génèrent des effets maximums, mais que l’exposition à des intensités variables plus faibles ou plus fortes produisent des effets bien moins importants.

L’incapacité des « normes de sécurité » à prédire des impacts biologiques et donc garantir notre sécurité, entrainent qu’elles n’ont aucune valeur. Dès lors, toute revendication de respect de la sécurité du public émise par la richissime industrie des télécommunications et se fondant sur ces « normes de sécurité », sont tout simplement frauduleuses.

L’échec de ces « normes de sécurité » doit être évalué sur la base du principe fondamental de la méthode scientifique même. Face à une théorie scientifique dont nous avons testé des prédictions s’étant avérées fausses au final, ce principe impose alors d’abolir ladite théorie.

Il s’ensuit qu’en présence de huit conclusions répétitives, chacune d’entre elles démontrant l’incapacité des « normes de sécurité » à prédire des effets biologiques et dès lors ne pouvant garantir la sécurité, l’exigence scientifique réclame que cette théorie soit invalidée.

L’échec de ICNIRP, la commission européenne, et un nombre d’agences de régulation à disqualifier ces théories, établit sans contestation possible le caractère non-scientifique et anti-scientifique de leur démarche.

Que pouvons-nous dire alors de la 5G ?

Les ondes millimétriques utilisées par la 5G provoquent également l’activation des VGCCs, La 5G est destinée à transporter des quantités colossales de données à la seconde et réclame alors un maximum de pulsations. La phase électrique de ces ondes millimétriques ne pénètre pas bien dans les bâtiments, de sorte que ce sont des millions d’antennes 5G seront posées à proximité de nos maisons, écoles, églises, bureaux, et il sera dès lors quasi-impossible d’échapper aux expositions.

Compte tenu du haut niveau de pulsations de la 5G, mêmes des expositions courtes pourraient produire des effets biologiques sévères. En outre, le fait que les systèmes (d’émissions) impliquent une puissance de sortie parfois jusqu’à trente (30x) plus importante que les installations précédentes, nous donne toutes les causes d’un désastre à venir. (L’exposition des humains aux radiofréquences 5G en flux descendant, Nasim, SKim – arXiv preprint arXiv :1711.03683, 2017 – arxiv.org).

L’industrie de la téléphonie affirme que les effets de la 5G sont limités à la zone d’un millimètre à l’extérieur du corps humain du fait de l’absorption de la radiation 5G et d’autres fréquences électromagnétiques de la gamme millimétrique.

La 5G et d’autres ondes millimétriques produiront des effets très préoccupants sur la surface de la peau. Il a été également démontré que les ondes millimétriques génèrent des effets très en profondeur, impactant les fonctions cérébrales et l’activité encéphalographique, mais également les organes internes des animaux. Les déclarations de l’industrie sont mensongères dans ce domaine et bien d’autres.

Comment arrive-t-on à générer des effets aussi profonds dans le corps ?
La phase magnétique de l’émission électromagnétique est hyper-pénétrante et place des forces électriques sur les ions en solution de nos cellules et de notre organisme. En les déplaçant, elle régénère la partie électrique de l’onde à la même fréquence et pulsations initiales, d’intensité légèrement plus faible cependant. Ces ondes peuvent ensuite activer le senseur voltaïque des VGCCs du fait de leur extraordinaire sensibilité aux forces électriques, même à des intensités très faibles. La physique nous rappelle à nouveau comment la technologie interagit avec sa cible biologique principale.

Le déploiement de la 5G dans ses caractéristiques pleines et entières (qui fonctionnera nécessairement avec la 4G) provoquera à son activation un impact bien supérieur à celui observé lors des déploiements technologiques précédents. Nota Bene la 5G en phase initiale n’ayant pas encore suffisamment d’objets auxquels se connecter, émettra moins de pulsations.

Six de mes pires cauchemars

La 5G occasionnera des dommages très étendus, le plus souvent quasi-universels, voire universels (chacun de ces impacts devant être étudiés en détail sur la base des preuves existantes) dont :

1. Un effondrement rapide et irréversible de la reproduction humaine tombant proche du zéro.

2. Un effondrement (certes moins rapide que dans le cas d’impact 1 ci-dessus) de l’ensemble de nos fonctions cérébrales dû à l’impact majeur des ondes sur la structure et le fonctionnement du cerveau.

3. Cas de démence de type Alzheimer (AD) très précoce, autre conséquence de l’impact évoqué dans le point 2 précédent.

4. Cas d’autisme et troubles de déficit de l’attention/Hyperactivité (TDAH) causés par l’exposition aux fréquences 4 et 5G durant la grossesse.

5. Détérioration majeure de la qualité du génome humain, suite à l’impact dans l’ADN du sperme humain, et peut-être aussi celui des ovules.

6. Crises cardiaques soudaines dans toutes les catégories d’âge, causées par l’impact des CEM sur les cellules de types « pacemaker » situées dans le nœud sino-auriculaire du cœur.

Quelles constatations préalables sur la 5G ?

Les témoignages suisses sur l’impact dans l’organisme humain incluaient plusieurs témoignages des conséquences neurologiques, neuropsychiatrique, et cardiaques ci-après
https://www.illustre.ch/magazine/5g-sentonscobayes?utm_source=facebook&fbclid=IwAR1kXKK1yWBDKoaZRVOQB7gRvC8o-1a3GyVbQHJPyPkAzzpl73iKYtaiA6Q

Il existe à l’évidence de nombreuses publications faisant état de tels effets conséquents aux expositions. Les médecins de Stuttgart ont signalé ces deux mêmes effets suite au déploiement de la 5G, et en prime, des déclarations de syndrome d’électro-hypersensibilité électromagnétique (EHS).
https://www.stuttgarter-nachrichten.de/inhalt.demo-am-staatsministerium-in-stuttgart-protest-gegen-5-g-in-weissenarztkitteln.f964401b-85f9-4915-a236-4f3177597300.html

Ces trois effets ont été signalés suite à l’exposition à des compteurs communicants dans les études de Lamech et de Conrad. Ces trois effets ont également été observés dans la plus vaste étude sur L’exposition aux ondes en environnement professionnel, conduite par le Professeur Émérite Karl Hecht. La différence repose en ce que les effets apparaissent nettement plus graves suite à l’exposition à la 5G, que ceux relevés dans les études d’expositions en environnement professionnel et dans celles sur les compteurs intelligents.

J’ai également connaissance d’effets neuropsychiatriques sévères et visibles de la 5G en Caroline du Sud, non encore publiés à ce jour. Nous avons toutes les raisons de penser que le déploiement complet de la technologie 5G, connecté à l’Internet des Objets (IoT) occasionnera des effets drastiquement plus importants que ceux prédits par les résultats de ces études initiales.

Une société d’ambulances en Angleterre a fièrement annoncé qu’elle s’équiperait de la technologie 5G pour ses communications entre les ambulances et hôpitaux desservis. La première ambulance du genre, clamait-on, serait opérationnelle à Coventry dans la Région des Midlands : https://www.coventrytelegraph.net/news/coventrynews/what-is-5g-15108544

Que s’est-il donc passé après que cette ambulance ait été équipée en 5G ?
Il se trouve que trois des employés de cette société sont décédés dans une période de onze jours apparemment par suicide. Donc Trois employés des services de Santé anglais, travaillant pour la même société toxique décèdent soudainement.

Ces décès pourraient-ils être liés à la technologie 5G ?
– Alan Selby, Mirror Sun, 24 Nov. 2019 02:23 UTC;
https://www.bbc.com/news/uk-england-suffolk-50522214 ;
https://www.itv.com/news/anglia/2019-11-
22/concern-for-welfare-of-east-of-england-ambulance-staff-after-three-deaths-in-11-days/
.

Peu de temps avant ces décès, un lanceur d’alerte écrivait au patron du groupement national des services d’ambulances se plaignant d’atteintes psychologiques. L’exposition aux fréquences CEM de faible intensité génèrent une gamme étendue d’effets neuropsychiatriques, incluant la dépression. La dépression peut à son tour provoquer le suicide et de nombreux autres manifestations neuropsychiatriques.

Deux cas importants de crise de panique du bétail dans la région du Nord Friesland des Pays-Bas corrélées à la 5G en phase de test ont été relevés :
http://www.melkvee.nl/artikel/191780-koeien-in-paniek-mogelijk-door-testen-5g-netwerk/

Rien de surprenant compte tenu que les CEM provoquent des troubles neurologiques et neuropsychiatriques. Deux mécanismes distincts sont susceptibles de causer au bétail des attaques de panique. L’activité excessive des VGCCs génère des états de peur chez les animaux et les humains, et des pics importants de libération de norépinéphrine, l’hormone de l’affrontement ou de la fuite. Ces deux phénomènes conjoints produisent très probablement ces états de panique. L’impact des ondes électromagnétiques CEM sur la production de lait des bovins suggère une sensibilité aux ondes relativement importante du bétail.

Il est également à noter plusieurs cas de comportement étranges, agressifs de bovins et de moutons en Allemagne, probablement liés aux rayonnements de la 5G :

1.  https://www.nordbuzz.de/niedersachsen/niedersachsen-ort29155/papenburg-oldenburg-niedersachsen-schock-schafe-brechen-attackieren-menschen-11833036.html

2.  https://www.sueddeutsche.de/bayern/bayern-peiting-kuh-bauernhof-dach-1.4626878

3.  https://www.bayerische-staatszeitung.de/staatszeitung/leben-in-bayern/detailansicht-leben-in-bayern/artikel/danger-die-kuh-das-wilde-wesen.html

4.  https://www.tz.de/bayern/altoetting-bayern-tier-drama-kuh-buext-aus-stall-aus-sie-ueberlebt-ihren-ausflug-nicht-12189661.html

5.  https://www.tz.de/welt/ice-strecke-kassel-wuerzburg-kuh-laeuft-in-tunnel-und-legt-bahnverkehr-lahm-zr-11832114.html

Les informations de chacun des liens doivent être analysées pour vérifier le rôle joué par les émissions 5G. Le cinquième lien établit clairement un rapport avec la 5G, car la vache en question vient du Friesland, où le bétail, comme mentionné dans le second paragraphe ci-dessus, a été exposé aux fréquences 5G.

Il est important d’analyser chacun de ces liens avant d’en tirer des conclusions définitives. Cependant face à l’échec répété des « normes de sécurité » à prédire des effets biologiques et dès lors à garantir notre sécurité, toutes assurances de sécurité basées sur ces normes sont mensongères. Le fait qu’il existe des mécanismes plausibles via lesquels les expositions aux fréquences électromagnétiques produisent des effets, voudrait que la cause probable la plus apparente soit étudiée de façon approfondie.

On a recensé une série de malformations à la naissance en Allemagne et en France, tels le développement croissance aberrante des membres, malformation des mains et de la structure des doigts, jusqu’à des absences de mains ou de bras.
https://www.faz.net/aktuell/gesellschaft/menschen/gelsenkirchen-drei-saeuglinge-mit-handfehlbildungen-geboren-16382810.html ;
https://edition.cnn.com/2018/11/01/health/france-babies-missing-limbs-investigation-intl/index.html

Aucun des nombreux articles sur ces malformations des membres n’a mis en cause l’exposition à des radiofréquences 5G, alors qu’un tel lien probable aurait dû être pris en considération. La raison en est que l’étude intitulée Rôles des canaux ioniques dans la croissance et le cancer, Annu Rev Cell Dev Biol 2015 ; 31: 231-247 de Bates et Al, a montré que l’augmentation simultanée de l’activité des VGCCs et d’autres canaux calciques à activation électrique peut provoquer une croissance anormale des membres. Alors que le fonctionnement excessif d’un seul type de canal n’entraine pas les aberrations constatées dans les récentes malformations étudiées, le fonctionnement excessif de l’ensemble des canaux calciques à activation électrique pourrait bien induire de telles malformations organiques.

Parmi les recherches génétiques attestant de telles malformations causées par la sollicitation excessive de l’ensemble des VGCCs, il en existe une sur le Syndrome de Timothée. Le processus mutagène du syndrome de Timothée provoque une activité des VGCCs bien plus importante car le mécanisme de fermeture étant endommagé, les portes des canaux calciques se referment plus lentement et les cellules de organes reçoivent alors une quantité excessive d’ion [Ca2+] i.

Le syndrome mutagène de Timothée produit non seulement des malformations aberrantes dans le développement des membres, mais également des cas sévères d’autisme et de troubles cardiaques. La plupart des individus atteints du syndrome de Timothée meurent en apparence d’un crise cardiaque soudaine à des catégories d’âge de 3 à 7 ans – le patient le plus âgé, atteint du syndrome de Timothée décéda à l’âge de 13 ans. Nous sommes ici en présence de deux effets produits, tout au moins en apparence, par l’exposition aux fréquences 5G : les troubles cardiaques et les malformations de naissance, avec un troisième effet dû aux expositions à la 5G pendant la grossesse : l’autisme. La genèse de l’ensemble de ces effets est liée à l’activité des VGCCs.

Des centaines d’oiseaux sont morts de crise cardiaque soudaine pendant les trois jours de test de la 5G dans un jardin public près de Rotterdam.
https://www.healthnutnews.com/hundreds-of-birds-dead-during-5g-experiment-in-the-hague-the-netherlands/

D’autres articles avaient déjà mentionné le déni des responsables de l’industrie locale à propos de tels tests 5G, mais celui-ci rapporte que l’on avait demandé aux techniciens de mentir sur la réalité de ces tests. Il a été démontré que chez les rongeurs l’exposition aux ondes millimétriques (non-pulsées) peut provoquer la mort par crise cardiaque soudaine (Potekhina IL, Akoyev GN, Yenin LD, Oleyner 1992 Conséquences des émissions électromagnétiques de la gamme millimétrique sur le système cardiovasculaires du rat blanc). L’étude de Fiziol Zh 78 :35-41 (en Russe) établissant de façon plausible que l’exposition à la 5G est responsable de ces morts subites.

Un deuxième cas important d’oiseaux tombant morts du ciel suite à une crise cardiaque a eu lieu en Octobre 2019, peu de temps après que le service 5G pour ambulances ait été mis en service à Coventry (lire plus haut). Au mois d’Octobre on reportait déjà la chute d’oiseaux morts autour du périmètre du Centre hospitalier de Coventry, suite à la mise en service des antennes 5G de l’hôpital pour les transmissions sans fil avec les ambulances équipées de récepteurs.

https://www.youtube.com/watch?v=Vj9uJoI7vgA&feature=youtu.be&fbclid=IwAR1ywoDYLyrIf596Ns6cZd-CTYPp2Ak6whYVXSlP0blp3rBhfX1JrjwXZ6s&has_verified=1

Les insectes seront massivement impactés par les émissions 5G. En 2000 et 2001. Deux brevets allemands sur l’utilisation de fréquences électromagnétiques de la gamme millimétrique comme insecticides (Brevet #s 6,073,365 and 6,192,598).

La 5G va très certainement provoquer des incendies à cause de l’impact des émissions 5G sur les plantes.

Les ondes électromagnétiques impactent les plantes en provoquant une augmentation du calcium intracellulaire, qui a leur tour fabriquent une quantité importante de terpènes extrêmement des volatiles et extrêmement inflammables. Ceci rend les plantes inflammables comme si elles avaient été pulvérisées avec une fine couche d’essence.

Nous avons sans doute déjà assisté aux premiers incendies causés par la 5G. Cinq villes de la Côte est de la Corée du Sud, dans lesquelles les premiers déploiements de la 5G ont eu lieu a l’échelle mondiale, ont mis en service leur système 5G le 3 Avril 2019 dernier. Cinq incendies jamais vus auparavant se sont déclarés dans ces mêmes villes un jour et demi après le 5 avril 2019.
https://www.thehindu.com/sci-tech/technology/s-korea-launches-5g-networks-early-to-secure-world-first/article26730605.ece ;
https://www.telegraph.co.uk/news/2019/04/05/thousands-flee-homes-wildfires-rip-south-korea/ ;
https://www.thesun.co.uk/news/8799140/south-korea-biggest-wildfire-near-olympic-city/

D’autres incendies probablement provoqués par la 5G ont également eu lieu dans des régions du sud de la Californie, ou la 5G avait été déployée, y compris le long de l’autoroute 1405.

En résumé, nous sommes en présence d’événements liés à la 5G s’étant reproduits dans plus d’un cas, dans lesquels des mécanismes plausibles impliquant la 5G provoquent des effets avérés, face auxquels les contre arguments se basent sur des normes sécurités incapables de prédire des effets biologiques et sont dès lors frauduleux.

Ces conséquences sont les suivantes :

1. Des conséquences neurologiques et psychiatriques reportées en Suisse et à Stuttgart Allemagne, conséquences similaires mais plus sévères que celles causées par l’exposition à d’autres types de CEM.

2. Trois suicides en onze jours parmi les personnels des premières ambulances équipées en 5G.

3. Des conséquences cardiaques reportées en Suisse et en Allemagne à Stuttgart avec des effets similaires à ceux constatés chez les êtres humains lors d’études d’exposition à d’autres fréquence CEM, et lors d’études expérimentales sur les animaux.

4. Deux cas d’effets majeurs et quasi-instantanés de la 5G ayant causé des morts subites d’oiseaux par crise cardiaque, l’un aux Pays-Bas et l’autre au Royaume-Uni.

5. Des cas de crise de panique de masse du bétail, victimes également d’impacts neurologiques et neuropsychiatriques.

6. Des cas nombreux de malformations des membres à la naissance en France et en Allemagne.

7. Des cas multiples d’incendies causés par la 5G en Corée et en Caroline du Sud.

8. L’augmentation visible de déclarations de cas d’hyper-électrosensibilité à Stuttgart en Allemagne. C’est un cas isolé certes, mais il existe, à ma connaissance, des cas d’hyper-électrosensibilité similaires – bien qu’à évolution plus lente – dans les études d’exposition en milieu professionnel et dans deux études sur les compteurs intelligents. La preuve peut paraitre ici moins forte, étant uniquement basée sur le cas de Stuttgart, cependant elle n’en demeure pas moins significative.

Dans chacun des cas cités ci-dessus, nous sommes en présence de mécanismes plausibles via lesquels les expositions à la 5G déclenchent des effets, à propos desquels toute affirmation du contraire sur la base des « normes de sécurité » est en réalité frauduleuse. Dans les sept premiers effets cités, nous avons là une prima facie de la causalité de la 5G.

J’insiste à nouveau sur le fait que les conséquences à prévoir lors du déploiement initial de l’infrastructure et des émissions 5G seront en réalité infimes en comparaison de l’impact prévu d’un système 5G mature en interaction constante avec l’Internet des Objets (IoT), car en effet au moment de sa mise en service, la technologie 5G n’ayant que très peu d’objets à connecter, ne causera qu’une quantité infime de conséquences biologiques connues des fréquences pulsées, cela par rapport au système pleinement déployé. Les conséquences organiques très graves des pulsations modulées et non-modulées de la 5G, permettant la transmission des quantités de données colossale à la seconde, entraînent que ces émissions 5G seront excessivement plus dangereuses que les celles des technologies précédentes, ces dernières nous ayant déjà considérablement impactés, d’autres organismes vivants avec.

Les huit effets constatés plus haut ne tiennent pas compte d’autres conséquences attendues de la 5G pour lesquels nous n’avons pas encore de preuves suffisantes de leur réalité.

Ces autres effets et conséquences ci-après :

1. Des conséquences graves sur la reproduction masculine, dans laquelle les émissions 5G provoquerait des effondrements rapides des taux se rapprochant alors du zéro.

2. Des accès de démence de type Alzheimer (AD) à échelle mondiale ou quasi-mondiale. Nous savons sur ce point qu’il suffit d’exposer un rat à une série de CEM pulsés durant une journée entière ou même pendant une seconde pour provoquer des crises de démence très précoce dans ce modèle. En cas d’exposition quotidienne, nous obtiendrons des crises de démence de rats âgés de six mois, sur une échelle quasi-mondiale à mondiale (équivalent âge de 12 ans chez les humains).

3. Autisme quasi-mondial à mondial. Nous savons suite à des recherches génétiques, que la cause principale de l’autisme chez l’humain se trouve dans la suractivité anormale des VGCCs, mécanisme premier déclenché par l’exposition aux champs électromagnétiques, dont les ondes millimétriques de la 5G. Un autisme quasi-universel à universel est dès lors plausible.

4. Très importantes mutations des lignées germinales de l’ADN du sperme et des ovocytes humains causés par les émissions 5G et l’activation des VGCCs. Il apparaît que même si le taux de reproduction parvenait à se maintenir au-dessus de zéro malgré l’effet n°1 mentionné ci-dessus, il pourrait se retrouver lourdement impacté par des hauts niveaux de mutations subséquentes.

La causalité probable de chacun de ces effets de la 5G aurait pu être testée lors d’études sur modèle animal, avant tout déploiement de la 5G. Je tiens pour une atrocité aux proportions à peine croyables que de telles études n’aient pas été menées.

Il en découle que la 5G constitue une menace pour la vie telle que nous n’en avons jamais envisagé – des menaces existentielles imminentes et nombreuses à notre survie en tant que race.

Martin L. Pall
Professeur Émérite en
Biochimie et Sciences Médicales Fondamentales
Université d’État de Washington
(US) 503 – 232 – 3883
martin_pall@wsu.edu

Traduit de l’anglais par G.YOUNG
Traductions Spécialisées IT Techniques – Environnement – Santé
breathe@salusafe.com
Janvier 2020

Autre article de Martin Pall

Informations pour le public français – 12 juillet 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *